Virtustream Blog

Comment faisions-nous avant les GPS ?


in Technologie

Avant la navigation par GPS

Les explorateurs s’en remettaient à la chance. Puis, la navigation s’est appuyée sur la direction du soleil pendant la journée, de la lune la nuit et ultérieurement sur les étoiles grâce à une invention technologique appelée le sextant. Ensuite, vint le positionnement radio et désormais les satellites fournissent la technologie GPS : une technologie en amélioration constante pouvant déterminer votre emplacement exact sur le globe à quelques centimètres près. Cela me conduit à plusieurs conversations que j’ai eues en interne et en externe avec des clients à propos de la signification de « sur site » et « hors site ».

Il s’avère, que cela peut signifier les deux, aucun des deux ou une combinaison en fonction du contexte de référence. Pour que les GPS fonctionnent, les satellites sont dans une orbite géosynchrone, ce qui signifie qu’ils ne se déplacent jamais par rapport à la rotation de la planète. Les GPS seraient inutiles si c’était le cas. Et bien, c’est exactement ce qui se passe dans discussions lorsque la base sur site change selon le point de référence.

Examinons le point de vue d’un client. Sur site peut être défini comme ses datacenters intégralement détenus. Mais qu’en est-il s’il dispose d’un emplacement partagé avec un partenaire ? Ses emplacements définis et contractuels peuvent être considérés sur site parce qu’ils lui appartiennent. Un autre peut être hors site. Le même emplacement du centre colocalisé peut désormais être considéré comme hors site, tout comme un emplacement de Cloud public. Vous pouvez constater que la définition de la discussion dépend totalement du point de référence, plus précisément de son déplacement potentiel au cours d’une exploration.

Pour preuve : depuis quelque temps, je commence mes conversations par une définition des termes. Je définis trois emplacements comme suit :

               Sur site et privé   Un emplacement dédié, géré et appartenant au client et qui héberge ses données et son matériel physique.

               Hors site et privé   Un emplacement dédié, n’appartenant généralement pas au client, qui est totalement dédié à ses données et son matériel physique.

               Hors site et partagé   Un emplacement physique partagé qui n’appartient pas au client et n’est pas dédié. Ils disposent toujours de contrôles de sécurité de multitenancy : toutefois, toutes les ressources physiques sont utilisées et multitenant.

Cela nous amène à l’exemple d’utilisation qui définit les charges applicatives.

  • Un prestataire de services Cloud peut fournir des services hors site privés et hors site partagés, si une partie de l’infrastructure est dédiée et que l’autre est multitenant.
  • Certains des fournisseurs de Cloud puristes ne proposent que des environnements hors site et partagés. Il s’agit d’environnements sans infrastructure ni bande passante dédiée et sans garanties de niveau de service. Cela peut simplement être des estimations et des objectifs.
  • D’autres sont uniquement spécialisés dans la fourniture de services sur site et privés.

Ne pensez pas que je veux discréditer les éléments ci-dessus. Au contraire, je soutiens toutes les formes. Toutefois, quelle est la plus appropriée ? La réponse est aucune d'entre elles, toutes ou certaines. Je soutiens les critères de définition de la charge applicative pour définir l’hébergement d’une charge applicative. Cela dépend des exigences des charges applicatives, de la sécurité, de critères métiers et de nombreuses définitions de niveau de service qui sont trop vastes pour les aborder ici.

Mon conseil est tout simplement de comprendre votre point de référence lors de l’évaluation des critères emplacement physique et des charges applicatives. Votre point de référence ne doit jamais bouger : vous pourrez ainsi expliquer votre position, votre historique et la destination de vos charges applicatives.

Chris Gaudlip
CTO

Twitter @chrisgaudlip